The Unity Sextet (2012)

The Unity Sextet (2012 chez Légère Recordings)

Premier album pour ce groupe particulier, dont je ne connais quasiment rien … c’est presque une énigme … Je vais donc lutter et transpirer à grosses gouttes pour réaliser une review digne de ce nom.

The Unity Sextet est né il y a moins d’un an ! Les musiciens formant ce groupe se sont rencontrés lors de différents festivals de jazz dans lesquels ils jouaient, et Buddy Franco s’est dit : « Hey, pourquoi ne pas bosser ensemble, se rapprocher d’un producteur de talent qui pourrait nous produire de manière spontanée .. là … » Ce producteur n’est autre que Lack of Afro !! Quelques semaines plus tard, le groupe est né et l’enregistrement réalisé. Elle est pas belle la vie ?

The Unity Sextet est composé des musiciens suivants :

Buddy Franco : Saxophones. Il a par ailleurs composé l’intégralité de l’album … rien que ça.

Fat Thumbs Ronnie : Piano & Vibes

Cassius Farqhuar : Drums & Percussion

Fats Young Jr. : Guitares

Junior Oliver : Upright Bass

Chuck Waldron : « Electronics » … claviers quoi

Tracklist :

1. One for people (Part 1) – Titre electro jazz, dans la lignée d’un St Germain. Boucle de basse, mid tempo, avec un sax inspiré en background. Belle entrée en matière.

2. The Arrow – Titre jazz flirtant avec le jazz cubain, batterie en syncope, boucles Basse / Guitare, incursions sublimes de keyboards sonorités Fender Rhodes, sax limite en transe  … Très belle plage.

3. Ten days (Part 1 & 2) – même rythmique que le titre précédent avec des percussions très présentes. Les sonorités guitares rappellent fortement Lack of Afro ! Certains passages sont empreints d’Afro Beat. Répétitif mais agréable. Je me serai tout de même passé des sonorités électroniques ajoutées.

4. Interlude 1 – Une interlude quoi …

5. Right Now! – Excellent titre electro jazz qui fera remuer le popotin des plus récalcitrants ! Get up & dance ! Fats Thumbs Ronnie en pleine forme !

6. Us Six – Aaaah que j’aime ces sonorités claviers ! Section cuivres parfaitement posée, en re-recording car seul Buddy Franco joue des cuivres sur cet album. Guitare, Sax, Basse, Piano y vont de leur solo.

7. Do me a Fredo – Le titre est lui aussi une énigme pour moi. Qu’est-ce que faire un Fredo ?? Quoi qu’il en soit, très bon titre electro jazz avec une mise en avant de la guitare, piano et un bon solo de sax.

8. Interlude 2 – RAS

9. Black Pearl – Morceau Mid Tempo, cool, smooth avec un Buddy Franco en forme. C’est beau, rien d’extravagant, mais cela s’écoute plutôt bien.

10. Swing Swang Swingin – On reste sur un tempo cool, un plus jazz, mais avec ces satanées sons électroniques que je déteste !! Beaux solos de guitare et sax mais qui manque toujours de folie. C’est propre, carré mais finalement un peu trop. La seule folie, les sons electro qui pourrissent le morceau. Mais sur la seconde partie du titre, Fats Thumbs Ronnie a décidé de prendre ce morceau à charge et là, il montre de quoi il est capable ! Le meilleur passage de l’album.

11. Dance of the Pharaohs – On accélère le rythme avec un très bon jeu de basse / piano / guitare. Et là, ENFIN, des sonorités un peu différentes, ils prennent quelques risques et c’est tant mieux ! Il faut savoir sortir de sa zone de confort pour être accrocheur! Très bon titre ! Un des meilleurs.

12. Interlude 3 – Oh, une interlude !

13. Until next time – Eux, ils ont écouté Gil Evans pour démarrer ce morceau comme ça ! Ensuite, le morceau démarre sur une ballade mielleuse à souhait. Inutile. Qui ne cadre pas avec le décor. Mais quel est le phoque ?!? Navré, je ne peux pas … c’est contre nature pour moi ce genre de titre. Même le jeu du sax m’énerve, c’est dire. Il aurait probablement fallu le remplacer par une voix, plus adapté il me semble. Mais bon, je ne suis pas producteur, juste un passionné.

En bref, un bon album electro jazz comme on en faisant il y a quelques années, sans excentricité, folie … Oubliable finalement, c’est dommage.

Comme l’indique le dernier titre de cet album, ce n’est que le début … La PHASE 1 de l’expérience The Unity Sextet.

Pour écouter cet album, c’est simple … c’est juste en dessous :

Publicités

Ahmad Jamal – Blue Moon (2012)

Ahmad Jamal – Blue Moon (2012)

Dernier album en date du « prophète » Ahmad Jamal, sur le nouveau label Jazz Village, comme évoqué ici. Grosse signature pour cette nouvelle maison de disque de Jazz (via Harmonia Mundi), pour un album impressionnant !

Il est vrai que l’on attend rien de médiocre en pensant à Ahmad Jamal … Plus de 60 ans de carrière !!!! Premier enregistrement en 1951, à 21 ans, et près de 70 albums !!! 82 ans, ou presque, et toujours cette fougue, cette créativité, cette énergie comme en témoigne Blue Moon ! 12 plages mêlant compositions originales et reprises de standards … ou non 😉 enregistrées en octobre dernier à New York.

Musiciens :

Herlin Riley : Batterie

Manolo Badrena : Percussions

Reginald Veal : Contrebasse

Tracklist :

1. Autumn Rain (Ahmad Jamal) – Démarrage très surprenant, avec un rythme binaire très régulier, avec un Ahmad Jamal tout en décalage, pour obtenir un morceau étonnant qui ne demande qu’à être ré-écouté ! Très belle composition et arrangements surprenants ! 82 ans vous avez dit ????? Ça doit conserver le jazz de qualité …
2. Blue Moon (Richard Rodgers – Lorenzo Hart) – Ahmad Jamal revisite un grand classique chanté par Elvis Presley, ou encore Mel Tormé, avec un jeu de percussions magnifique ! On resterait dans cette ambiance pendant des heures ! C’est simplement sublime. Manolo Badrena est impressionnant ! Quelles sonorités, quelle musicalité ! « Caravan » n’est pas si loin … le solo de Reginald Veal n’est pas impressionnant, mais participe à cette ambiance joviale.
3. Gypsy (Billy Reid) – Chanson populaire américaine revisité ici sur un mid tempo avec un beau travail subtil côté percussions, une fois encore. Il faut bien tendre l’oreille, mais c’est remarquable.
4. Invitation (Bronislan Kaper) – Attention, chef d’oeuvre ! 13 minutes de bonheur sur une ambiance latine, avec les BRILLANTS Herlin Riley et Manolo Badrena ! Le jeu d’Ahmad Jamal est ici époustouflant, riche en émotion …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

5. I Remember Italy (Ahmad Jamal) – en mode Solo sur le premier tiers du morceau, tout en finesse … puis intégration des percussions sur un tempo obsédant, mais toujours subtil. C’est bien le terme pour qualifier le jeu de Manolo Badrena. puis ce morceau se transforme en ballade jazz tempo. Surtout ne lâcher pas des oreilles le jeu des percussions ! Omniprésent ! Ahmad Jamal pourrait ici se contenter de jouer le jeu de la ballade simpliste, mais c’est mal le connaître … Il surprend à chaque mesure. Non conventionnel le Ahmad Jamal ? Tant mieux !
6. Laura (David Raksin – Johnny Mercer)  – Duo Piano / Basse sur ce morceau tendance romantique mais jamais mielleux. Ahmad Jamal est TRES inspiré !
7. Morning Mist (Ahmad Jamal) – Troisième et dernière composition originale sur cet album. Très belle intro de Reginald Veal, puis tout le monde entre en scène telle l’éclosion d’une fleur … morceau très poétique, avec un Ahmad Jamal toujours imprévisible, une symbiose Batterie / Percussions … Le jeu d’Ahmad Jamal est particulièrement puissant sur ce morceau, très percussif, syncopé.
8. This Is The Life (Lee Adams – Charles Strouse) – Rythme une nouvelle fois binaire, sur un piano déchaîné. Une réussite surprenante. A noter l’excellent jeu de basse de Reginald Veal.
9. Woody’n You (Dizzy Gillespie) – L’un des plus grands classique du fantastique Dizzy Gillespie brillamment revisité par Ahmad Jamal. Il reste fidèle à l’esprit festif du morceau, le Big Band en moins mais avec la Jamal’s Touch ! Vu le niveau, je ne serai pas contre un album d’Ahmad Jamal Tribute to Dizzy !

Bon, ça doit se voir, je prends mon pied avec cet album ! Cela fait près de 20 ans que je suis fan d’Ahmad Jamal, et cet album fera plaisir à ses fidèles, et permettra je l’espère de faire d’avantage encore découvrir ce fabuleux artiste AINSI que les EXTRAORDINAIRES musiciens qui l’entourent !

Jazz Village, Merci ! Ahmad Jamal, Bravo !

PS : spéciale dédicace à Sasha pour m’avoir fait découvrir cet artiste au Théatre de Boulogne Billancourt !