Speech Debelle – Freedom of Speech (2012)

Speech Debelle – Freedom of Speech (2012)

Second album pour la gagnante du Mercury Prize de 2009, Speech Debelle ! Toujours chez Big Dada, avec qui elle s’était jadis fâchée pour maivaise gestion de son premier album, Speech Therapy … Ils ont bien dû trouver un terrain d’entente, et c’est tant mieux pour tout le monde. Voici donc la nouvelle coqueluche londonienne, Corynne Elliott aka Speech Debelle ! Rappeuse de son état, elle déferle sur nos ondes favorites tel un tsunami trop longtemps contenu !

12 titres composent cet opus, et là … exit les riffs Jazz de son premier album pour un son plus … percutant, surprenant ! Là où on ne l’attendait pas en fait ! Attention, je ne dénigre pas Speech Therapy, mais il était plus « classique » que Freedom of speech, plus gentil dans ses arrangements, mais avec un flow déjà très prometteur !

La production est confiée à Kwes, producteur anglais touche à tout encensé par Matthew Herbert. Les arrangements sont signés Speech Debelle et Kwes. Quelques featurings intéressants comme Roots Manuva, déjà présent sur son premier album, Realism et Kwes aux vocals sur quelques titres.

Tracklist :

1. Studio Backpack Rap – Son très roots, très puissant, old school, avec quelques jeux de mots … délicieux !!

2. Live for the Message – Son un tempo plus cool, elle s’affirme comme artiste engagée. Magnifique flow. « no gain without pain« 

3. Blaze up a Fire featuring Roots Manuva, Realism & Nick Trepka – Superbes lyrics contre le système qui nous entoure. « 

Sometimes you need to blaze up a fire / Let it be known for the record, your honor / Sometimes you need to blaze up a fire / Before the case gets settled, your honor ». Highlights pour les arrangements et les featurings.

4. Elephant in the living room – Superbe, superbe titre ! Il est grand temps pour Speech Debelle de s’affirmer telle qu’elle est, sortir du cercle vicieux dans lequel elle se trouvait ! Etre soi – même ! Freedom ! « I can’t do this any longer »

5. X marks the spot – Déception amoureuse … quand son partenaire est toujours amoureux de son ex, pas simple de feindre cette situation ! Conclusion ? « We can never be« .

6. Angel Wings – La maturité nous aide à pardonner, à voir les gens et les choses différemment … Il faut savoir prendre de la hauteur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7. Shawshank Redemption – Analyse sur une forte déception amoureuse, regrets … lyrics et arrangements impeccables.

8. I’m with it – Titre le plus commercial de l’album, mais avec une intensité intacte. Un peu moins ma came, je dois avouer …

9. The Problem – On sort les guitares électriques, la batterie incisive à la mode pop anglaise. Magnifique, incroyable flow !

10. Collapse– Nouveau pamphlet contre la société, les monopoles, les news, la destruction de notre planète. Attention, il faut se préparer à la crise, voir l’apocalypse. « Better know how to react if it all collapse« 

11. Eagle Eye featuring Realism – Titre concernant les émeutes d’Août 2011 qui ont secouées le Royaume Uni. Lyrics impeccables, basse pénétrante, batterie omniprésente avec un nuage de piano flottant, inarrêtable … « You can’t clip these wings« 

12. Sun Dog – La recherche de l’inspiration, c’est là … le Message arrive, je peux enfin le délivrer ! Speech debelle est là pour ça, pour nous éclairer tel un Halo dans le ciel ! Le final est Ahurissant !!

Très bel album, très engagé, percutant, pas forcément optimiste mais grandiose ! Procurez vous le au plus vite !

Elle a quelques dates en France :

Bonus vidéos avec deux titres : Studio Backpack Rap et Baze up a Fire :

Publicités

Georgia Anne Muldrow – Seeds (2012) Produced by Madlib

Georgia Anne Muldrow – Seeds (2012) Produced by Madlib

Quand deux personalités bien barrées se rencontrent, ça donne quoi ? Ben cela peut à de rares occasions engendrer un album explosif ! C’est que ce nous souhaitons TOUS en attendant la sortie de cet opus tant attendu !!! Il sera produit par l’énorme Madlib, et non par son mari Dudley Perkins, comme c’est son habitude et ce sera sur le label SomeOthaShip… le label du couple !

Pour nous faire patienter, les bougres sortent deux titres …

1. Seeds – Magnifique titre bourré de soul, back in the 70’s !! J’ADOOORE !!!

2. Husfriend – Plus dans la tradition de Georgia Anne Muldrow, GAM pour les intimes, pour un très bon cru !

Ca sent bon, trèèèès bon !!! L’album sortira fin Mars, le 27 pour être précis ! Stay Tuned fellas !!!

Ecoutez Seeds :

A suivre : Michael Kiwanuka

Michael Kiwanuka Home Again 2012

Révélation 2012 ! Michael Kiwanuka va tout exploser en 2012, c’est garantie sur facture ! Voix rocailleuse, timbre à la Bill Whithers, répertoire soul, blues, teinté de folk, son album sort le 12 mars prochain. N’oubliez pas son nom, il va faire beaucoup de bruit ! Il faut surtout l’entendre en live, c’est impressionnant … On se croirait dans les années 70.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cet anglais, d’origine ougandaise, a déjà fait les premières parties de l’excellente Adèle, et cela s’est traduit par un franc succès à chaque fois ! Il n’a sorti que trois titres à ce jour, mais le 12 février, procurez vous la version Deluxe de Home Again, avec 15 titres, contre 10 sur la version normale. Je vous en reparle mi mars ! Oh, il sera le 18 avril à la Maroquinerie pour l’ouverture de sa tournée européenne !!

Voici ce que donne ce jeune artiste de 24 ans seul à la guitare sur Tell me a Tale :

The Middlewood Sessions (2012)

Middlewood Sessions – The Middlewood Sessions (2012)

Middlewood Sessions, c’est d’abord la rencontre de deux anglais, Mark Slater and Alex Beauchamp, en 2006. Amoureux de jazz, soul, funk & hip – hop, ils n’ont qu’un objectif commun : créer un mix de toutes leurs influences, s’entourer de talents dans le même mood et vibrer ! Gilles Peterson leur file un coup de pouce mérité avec un premier titre sur Brownswood en 2007 (Fall Back), puis ils sortent deux nouveaux titres sur Wha wha 45s en 2008 (Red waters & Astro blue) et ce n’est qu’en 2012 que sort leur premier album !

Musiciens :

Alex Beauchamp : Guitar / Bass

Mark Slater : Rhodes / Piano / Producteur / Arrangeur … !

Craig Bowen : Drums

Adam Goldmsith : Bass

Paul Butler : Percussion

Nesreen Shah, Nc Newman, Pete Simpson: Vocals

Horns Section :

Ant Thompson
Terence Smith
Matt Burke
Gemma Hankins
Rob Skeet
Laura Beavers
Tom Elliott
Sarah Potts
Karen Burland-Clark

Strings section :

Rosie McConaghie
Hazel Ross
Charley Miles
Susannah Simmons
Natalie Dudman
Ellen Brookes
Matt Bugg
Sian Stuart
Liz Hanks
Tom Collingwood

Avec autant de monde, on s’attend à du lourd ! Le duo Slater / Beauchamp a écrit tous les morceaux de cet album, avec la participation de Nc Newman et Pete Simpson sur trois titres.

Tracklist :

1. Red waters – Premier titre édité en 2008 sur Wha Wha 45s, révisé en 2012 pour obtenir un énorme titre Acid Jazz / Nu jazz percutant ! Ca envoie du lourd dès le début, avec une section cuivres en pleine forme, une batterie péchue, un son Rhodes comme je les affectionne … Comme ça fait du bien d’entendre ce genre d’ambiance en 2012 ! Faudra penser à éponger le front de Craig Bowen, le batteur, à la fin du morceau.

2. Astro Blue – Encore un gros titre acid – jazz, deuxième titre paru en 2008 sur Wha Wha 45s, ajoutant la magnifique voix de Nesreen Shah ET la sublime section cordes qui se mêle magnifiquement avec les cuivres, tout en douceur … Excellent Bridge. Splendide. Quelques sonorités rappelant Quantic. Je surkiffe !

3. Fall Back – Encore un excellent titre, leur premier sur Brownswood en 2007, sur le même modèle que les premiers. Superbes arrangements des cordes & cuivres !

4. Quadra – Midtempo avec la toujours très belle voix de Nesreen Shah. Il y a eu un gris travail sur les arrangements, encore une fois. Très bien construit, superbes sonorités, Rhodes hyper bien posé. La seconde partie est très surprenante : on accélère le tempo, cuivres à donf, batterie sous redbull, tout le monde s’y met pour nous réveiller ! Rien à envier à Tower of Power cette Horns Section. Ils prennent des risques et c’est explosif à chaque fois ! Rien que pour ce morceau, cet achat est rentabilisé !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

5. Used to be – On calme un peu le jeu, avec en lead vocal Nc Newman. Superbe cuivre, morceau qui sonne d’avantage acoustique pour une raison que j’ignore … choix de l’ingénieur du son probablement pour un titre un peu plus pop avec tout le positif que cela comporte. Et là encore, la seconde partie nous réveille par ses cordes, batterie, percussion très présentes ! Très belle section !

6. Help Me – On reste sur un mid Tempo, avec la succulente voix de Pete Simpson, voix suave si l’en est ! Je suis moins fan de l’interprétation de Nc Newman sur ce titre .. performance un peu plate. Beau titre, même si on regrette le trop court « temps de parole » de Pete Simpson. En revanche, encore une fois … suuuuperbe String Section !

7. Weightless – Démarrage léger, en apesanteur, pour une ambiance Cinematic Orchestra, dans tout ce qu’il y a de meilleur ! Tres belle plage avec mon chouchou Pete Simpson ! Et ça redémarre fort ! Ils nous surprennent à chaque fois ! Les cuivres pêtent, la batterie est dynamisée, les cordes assurent une base solide … c’est magnifiquement construit ! Quoi ? Déjà 5:16 de passée ????

8. Morning Star – Percussions en avant, cuivres, cordes et batterie en force … Tempo envolé, soutenu par la Horn Section tout en finesse, Nesreen Shah en action. A noter à mi parcours le très beau duo Batterie / Percussion suivi par les Fender Rhodes / Basse. Là, on se verrait bien vivre ça en Live !!! Ils ne restent JAMAIS dans leur zone de confort, ils tentent systématiquement de nous surprendre, de nous faire plaisir !! En plein dans le mille ! Une des meilleures pistes de ce très bel album.

9. Then He Was Gone – Cinematic Orchestra est dans la place ! Down tempo emmené par Nesreen Shah et la vibrante section cordes, dont je suis tombé amoureux semble – t – il hein … Et à mi chemin, changement de ton une nouvelle fois pour des percussions très présentes accompagnant Nesreen Shah. On ne veut simplement pas que cela se termine … Ça sent l’ode de fin, et c’est bien dommage.

Conclusion inutile … Procurez vous cet album, il faut les encourager à nous faire encore plus plaisir et à partir sur les routes du monde pour faire partager leurs talents ! Disponible sur toutes les plateformes (Itunes et autres) ou encore depuis leur site web !

INDISPENSABLE !!

Quantic & Alice Russell with Combo Bàrbaro – Look Around the Corner (Live session)

BoD (oui, ça c’est moi … Birth of the Dew) en avait déjà parlé ici, mais voici le clip en session live du superbe morceau de Quantic & Alice Russell avec le très bon Combo Bàrbaro ..

Enjoy

Album bientôt dans les bacs (le 02 Avril 2012), … et donc ici également en review !

Paolo Fresu & Omar Sosa – Alma (2012)

Paolo Fresu & Omar Sosa – Alma (2012)

Alma est la rencontre de deux personnalités bien connues des aficionados de jazz : le trompettiste italien Paolo Fresu et le pianiste cubain Omar Sosa. Ils sont accompagnés sur 4 titres du violoncelliste, producteur, compositeur, arrangeur brésilien Jaques Morelenbaum.

12 plages composent cet album (label Tûk Music de Paolo Fresu), toutes composées par les deux protagonistes à l’exception de Under African Skies, reprise de Paul Simon.

Tracklist :

1. S’inguldu – Premier titre avec la participation de Jaques Morelenbaum. A écouter fort tant l’ambiance générée par les percussions est agréable. Nombreuses sonorités improbables, parfaite incursion du violoncelle. Une réussite qui me rappelle à certains moments Sixun.

2. Inverno Grigio – Down tempo, Paolo Fresu mêle les sonorités de trompette pour un rendu exquis, rien que ça. La seconde partie de ce morceau est une pure merveille, avec entre autres l’utilisation du Fender Rhodes par Omar Sosa. C’est dans ces conditions que je me remémore une phrase de Miles Davis, notre maître à tous :  » Rien ne sert de jouer beaucoup de notes, il suffit de jouer les plus belles ». Tout est dit.

3. No Trance – Morceau tout en retenu pour justement ne pas entrer en transe ! On la frôle si souvent pourtant, notamment Omar Sosa. Construction très intéressante, utilisation des graves assez originale, percussions répétitives pouvant nous conduire jusqu’à cet état de transe justement. Wow … une leçon d’arrangements !

4. Alma – Seconde apparition du brésilien Jaques Morelenbaum, pour un morceau très calme, cool … so soft. Un peu plus conventionnel, attendu, moins mémorable par la force des choses. Je n’accroche pas, même si c’est parfaitement produit. Les deux dernières minutes tentent un passage par Cuba, mais pas suffisamment.

5. Angustia – Superbe, magnifique !! Complicité à son summum ! Duo Piano / Trompette qui servira de modèle ! Percussions très furtives mais très efficaces !

6. Crepusculo – Troisième participation du violoncelliste brésilien, toujours pour un morceau tout en douceur. Beaucoup d’émotion, mais pas ce que je préfère, sorry.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7. Moon on the sky – Ca oui, ça me cause d’avantage ! Paolo Fresu en très grande forme où il brille à la trompette, où il est parfait aux percussions, et Omar Sosa qui se lâche un peu plus.

8. Old D Blues – Morceau un peur plus classique que le reste de l’album. A écouter dans la pénombre, pour se détendre.

9. Ninos – Morceau très particulier avec une rythmique en background, voire même plus loin encore, à contre courant des mélodies piano et trompette. Très créatif. Pas hyper nerveux, mais limite envoûtant. On aimerait entendre parfaitement ce qui est filtré en fond sonore !! Cela éveille notre curiosité !

10. Nenia – Un peu trop académique pour moi. Je passe.

11. Under African Skies – Excellente reprise de Paul Simon !  Très belles incursions du violoncelle. Omar Sosa joue là vraiment comme je l’apprécie le plus ! L’esprit de Bobby McFerrin a dû passer par les studios durant cet enregistrement 😉  Ne manque que Miriam Makeba pour atteindre l’apothéose.

12. Rimanere Grande – Non, là non … je ne peux pas comprendre un final pareil ! Vous n’avez PAS LE DROIT de faire de la soupe, c’est INTERDIT !

Pour conclure, un album en demi teinte avec d’excellents moments, et d’autres trop académiques .. loin de ce qu’ils font habituellement en solo. Mais je conseille tout de même l’achat d’Alma, pour les 9 plages qui m’ont données beaucoup d’émotion ! 9 plages sur 12, c’est plus qu’acceptable non ?

Bonus vidéo avec Under African Skies :

The Unity Sextet (2012)

The Unity Sextet (2012 chez Légère Recordings)

Premier album pour ce groupe particulier, dont je ne connais quasiment rien … c’est presque une énigme … Je vais donc lutter et transpirer à grosses gouttes pour réaliser une review digne de ce nom.

The Unity Sextet est né il y a moins d’un an ! Les musiciens formant ce groupe se sont rencontrés lors de différents festivals de jazz dans lesquels ils jouaient, et Buddy Franco s’est dit : « Hey, pourquoi ne pas bosser ensemble, se rapprocher d’un producteur de talent qui pourrait nous produire de manière spontanée .. là … » Ce producteur n’est autre que Lack of Afro !! Quelques semaines plus tard, le groupe est né et l’enregistrement réalisé. Elle est pas belle la vie ?

The Unity Sextet est composé des musiciens suivants :

Buddy Franco : Saxophones. Il a par ailleurs composé l’intégralité de l’album … rien que ça.

Fat Thumbs Ronnie : Piano & Vibes

Cassius Farqhuar : Drums & Percussion

Fats Young Jr. : Guitares

Junior Oliver : Upright Bass

Chuck Waldron : « Electronics » … claviers quoi

Tracklist :

1. One for people (Part 1) – Titre electro jazz, dans la lignée d’un St Germain. Boucle de basse, mid tempo, avec un sax inspiré en background. Belle entrée en matière.

2. The Arrow – Titre jazz flirtant avec le jazz cubain, batterie en syncope, boucles Basse / Guitare, incursions sublimes de keyboards sonorités Fender Rhodes, sax limite en transe  … Très belle plage.

3. Ten days (Part 1 & 2) – même rythmique que le titre précédent avec des percussions très présentes. Les sonorités guitares rappellent fortement Lack of Afro ! Certains passages sont empreints d’Afro Beat. Répétitif mais agréable. Je me serai tout de même passé des sonorités électroniques ajoutées.

4. Interlude 1 – Une interlude quoi …

5. Right Now! – Excellent titre electro jazz qui fera remuer le popotin des plus récalcitrants ! Get up & dance ! Fats Thumbs Ronnie en pleine forme !

6. Us Six – Aaaah que j’aime ces sonorités claviers ! Section cuivres parfaitement posée, en re-recording car seul Buddy Franco joue des cuivres sur cet album. Guitare, Sax, Basse, Piano y vont de leur solo.

7. Do me a Fredo – Le titre est lui aussi une énigme pour moi. Qu’est-ce que faire un Fredo ?? Quoi qu’il en soit, très bon titre electro jazz avec une mise en avant de la guitare, piano et un bon solo de sax.

8. Interlude 2 – RAS

9. Black Pearl – Morceau Mid Tempo, cool, smooth avec un Buddy Franco en forme. C’est beau, rien d’extravagant, mais cela s’écoute plutôt bien.

10. Swing Swang Swingin – On reste sur un tempo cool, un plus jazz, mais avec ces satanées sons électroniques que je déteste !! Beaux solos de guitare et sax mais qui manque toujours de folie. C’est propre, carré mais finalement un peu trop. La seule folie, les sons electro qui pourrissent le morceau. Mais sur la seconde partie du titre, Fats Thumbs Ronnie a décidé de prendre ce morceau à charge et là, il montre de quoi il est capable ! Le meilleur passage de l’album.

11. Dance of the Pharaohs – On accélère le rythme avec un très bon jeu de basse / piano / guitare. Et là, ENFIN, des sonorités un peu différentes, ils prennent quelques risques et c’est tant mieux ! Il faut savoir sortir de sa zone de confort pour être accrocheur! Très bon titre ! Un des meilleurs.

12. Interlude 3 – Oh, une interlude !

13. Until next time – Eux, ils ont écouté Gil Evans pour démarrer ce morceau comme ça ! Ensuite, le morceau démarre sur une ballade mielleuse à souhait. Inutile. Qui ne cadre pas avec le décor. Mais quel est le phoque ?!? Navré, je ne peux pas … c’est contre nature pour moi ce genre de titre. Même le jeu du sax m’énerve, c’est dire. Il aurait probablement fallu le remplacer par une voix, plus adapté il me semble. Mais bon, je ne suis pas producteur, juste un passionné.

En bref, un bon album electro jazz comme on en faisant il y a quelques années, sans excentricité, folie … Oubliable finalement, c’est dommage.

Comme l’indique le dernier titre de cet album, ce n’est que le début … La PHASE 1 de l’expérience The Unity Sextet.

Pour écouter cet album, c’est simple … c’est juste en dessous :